CIVISME

IMG_8505

Conférence débat organisée Le jeudi  26 janvier 2012 de 19h à 20h30 au bar Le Comptoir, rue de Vaugirard 

Introduction

« Le philosophe Jean Paulhan, dans son ouvrage – les incertitudes du langage -, résume fort bien la singulière différence entre civisme et citoyenneté « Singulièrement dépourvu de civisme, Al Capone jouissait cependant de la citoyenneté américaine».  Voilà une des raisons majeures, balayant toute confusion qui ont conduit l’Association «le 15 est à vous» à organiser sa deuxième conférence débat sur ce thème. Le civisme est multiple et se vit au quotidien. Nous aborderons avec nos trois intervenants, plusieurs facettes du respect de la « Chose publique», nous évoquerons les parts égales des Droits et des Devoirs de chacun vis à vis de la société. Nous essaierons de faire la différence entre le simple consommateur de droits et le citoyen conscient de l’exigence civique, dans une éthique responsable et partagée. »

La Présidente de l’Association

Catherine MARGUERITTE

 

Invités 

Isabelle BRUN : Proviseur du lycée des Métiers de la Photographie Brassaï,

Hervé MESTRON :  Musicien, Scénariste et Écrivain

Jacques SONNET : Président du CIDAN « Civisme Défense Armée Nation »

 accompagné de Monsieur Bernard LABAUGE, réserviste local à la jeunesse et à la citoyenneté .

 

Hervé MESTRON

La Marseillaise est un roman social de Hervé Mestron publié aux éditions Chants d’orties dans la collection Graines d’orties en septembre 2011 (47 pages, 8 €, ISBN 978-2-918746-06-5). Il y a 10 illustrations en noir et blanc de Christine Dèche. Hervé Mestron est né en 1963 à Valence (Drôme) mais il vit à Auvervilliers (Seine-Saint-Denis). Il a étudié la musique puis s’est lancé dans l’écriture pour la jeunesse. Il est aussi scénariste. Plus d’infos sur son site.

MarseillaiseMestron

 

 

Jacques SONNET : Président du CIDAN « Civisme Défense Armée Nation »

 accompagné de Monsieur Bernard LABAUGE, réserviste local à la jeunesse et à la citoyenneté .

Le mot de Bernard Labauge :

Chère madame,

félicitations pour votre initiative « Le 15eme est à vous ». Elle est utile pour mettre en évidence le déphasage entre la réalité et sa perception par l’opinion publique.

À propos de la « suspension » du service militaire obligatoire, depuis que les armées sont professionnalisées, il est indispensable de mettre  l’accent sur les dispositifs et les initiatives prises pour conserver/développer le lien Armées-Nation, comme le CIDAN et la Réserve citoyenne.

Voir, en annexe, le tableau de synthèse du Plan Égalité des Chances du ministère de la Défense que les R L J C (Réservistes Locaux à la Jeunesse et à la Citoyenneté) sont chargés de promouvoir.

Le travail des Établissements d’Insertion de la Défense (Épide – Défense 2° Chance), est remarquable. Car il offre à une jeunesse en difficulté, à la limite de la délinquance, l’accompagnement, à condition qu’elle se porte volontaire, par un internat de 6 mois renouvelable, la remise à niveau sur le plan des connaissances générales, l’apprentissage des codes du bon comportement et, à la sortie, un pécule et un emploi. Que faut-il de mieux ?

Et le coût d’un tel stagiaire revient à la moitié de ce que coûte, à la collectivité, un délinquant en prison. Et lorsque celui-ci va sortir de « l’école du crime », il a toutes chances de récidiver, alors que le jeune qui sort de l’Épide va créer des richesses, payer des impôts…

Le Tutorat, apporté par les élèves des grandes écoles ou des universités auprès des élèves en difficulté des collèges et des lycées, est une autre forme d’accompagnement, en harmonie avec le dispositif « Les cordées de la Réussite » ou le GEPPM, « Une grande école pourquoi pas moi ».

Il conduit à la possibilité offerte aux élèves de 3°, boursiers méritants des collèges d’entrer en internat, de la seconde à la terminale

dans les Lycées de la Défense. Ils obtiennent le Bac avec mention et peuvent, comme les élèves des lycées qui ont prouvé leur potentiel, entrer dans les prépas de ces Lycées militaires, pour se présenter aux concours des grandes écoles et aux écoles militaires.

Certes, le réseau des 20 Épide et des 8 Lycées militaires n’apportent respectivement de solution aux jeunes défavorisés que de l’ordre de quelques milliers de places, dans le premier cas et de quelques centaines, dans le second.

Est-ce élitiste ? Sans doute, puisqu’il faudrait traiter le cas des 150 000 élèves qui sortent du système scolaire sans diplôme et des 8 à 10 % des jeunes gens que l’institution militaire détecte lors de la JDC et qui ont des difficultés pour compter, lire et écrire le français.

Mais on ne peut pas garantir à chacun un futur enviable. L’intéressé doit y mettre du sien. Grimper dans « l’escalier social » suppose de faire un effort personnel, au contraire de l’ascenseur social, dont on s’indigne trop souvent du blocage.

Ainsi, la sélection par concours reste encore la forme la plus démocratique de procéder.

C’est pourquoi, il faut privilégier l’action des réservistes citoyens, chargés de promouvoir, à côté d’initiatives nombreuses mais plus banales, le Plan Égalité des Chances (PEC-MINDEF). Car le ministère de la Défense offre à la jeunesse des stages, des emplois en alternance et un considérable gisement d’emploi, de l’ordre de 20 à 30 000 recrutements par an.

L’institution militaire montre aussi les vertus du « mérite », puisque 70 % des officiers proviennent du corps des sous/officiers, dans des parcours exempts de discriminations.

Dans l’avenir, compte tenu de l’état de nos finances publiques, une bonne politique consistera, non seulement, à mettre en valeur les correspondants défense, les réservistes opérationnels et citoyens, les personnels des Épide et ceux des Lycées de la Défense, peut-être lors du défilé du 14 juillet, mais surtout à élaguer sévèrement le maquis des dispositifs existants, entassés au fil des années, afin de ne garder que ceux qui marchent et pouvoir les développer vigoureusement.

 

 

Le livre d’Hervé MestronYasmina, lycéenne en classe de seconde, est la sœur cadette de Mohamed (Momo). C’est elle la narratrice.

Momo qui a sifflé La Marseillaise pendant un match de foot médiatisé « à côté des caméras et du service d’ordre » (page 11).

Momo qui va être jugé et reste maintenant enfermé dans sa chambre.

Pendant que son copain Moncef prépare en douce une fuite.

« Le pays nous regarde. » (page 7).

« Aujourd’hui la décoration c’est nous. » (page 9).

Pourquoi Momo a-t-il agi comme ça ? Il a pourtant fait des études, il a un travail et il est beau gosse ! Donc l’avenir devant lui !

Lorsque Momo fuit, la police lance un avis de recherche national et il est considéré comme un criminel (un terroriste ?).

« La terre entière est au courant maintenant. » (page 22).

 

Le texte intégral de laMarseillaise

alau-ne

Rouget de L’Isle chantant pour la première fois la Marseillaise en 1792, chez Dietrich à Strasbourg par Isidore Pils (1849)

Allons enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie !
L’étendard sanglant est levé
L’étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Egorger vos fils, vos compagnes !

 

Aux armes citoyens,
Formez vos bataillons
Marchons, marchons *
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

 

(2)
Que veut cette horde d’esclaves,
De traîtres, de rois conjurés ?
Pour qui ces ignobles entraves
Ces fers dès longtemps préparés ?
Ces fers dès longtemps préparés ?
Français, pour nous, ah! quel outrage
Quels transports il doit exciter ?
C’est nous qu’on ose méditer
De rendre à l’antique esclavage !

 

Aux armes citoyens,
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

 

(3)
Quoi ces cohortes étrangères !
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers !
Terrasseraient nos fils guerriers !
Grand Dieu! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres des destinées.

 

Aux armes citoyens,
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

 

(4)
Tremblez, tyrans et vous perfides
L’opprobre de tous les partis,
Tremblez ! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix !
Vont enfin recevoir leurs prix !
Tout est soldat pour vous combattre,
S’ils tombent, nos jeunes héros,
La terre en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre

 

Aux armes citoyens,
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

 

(5)
Français, en guerriers magnanimes
Portez ou retenez vos coups !
Épargnez ces tristes victimes,
A regret s’armant contre nous
A regret s’armant contre nous
Mais ces despotes sanguinaires,
Mais ces complices de Bouillé,
Tous ces tigres qui, sans pitié,
Déchirent le sein de leur mère !

 

Aux armes citoyens,
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

 

(6)
Amour sacré de la Patrie,
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs !
Combats avec tes défenseurs !
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire !

 

Aux armes citoyens,
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

 

(7)**
Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n’y seront plus,
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus
Et la trace de leurs vertus
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil,
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre !

 

Aux armes citoyens,
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons


About


'CIVISME' has no comments

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published.

Images are for demo purposes only and are properties of their respective owners. Old Paper by ThunderThemes.net